Richesses ÉCONOMIQUES et emplois

Vous êtes un habitant, un élu, un associatif, un institutionnel… ? Ce thème vous intéresse, vous concerne ? Rejoignez le groupe « richesse économique et emplois » et participez à 3 temps de travail, entre fin janvier et fin mai 2019 – formulaire d’inscription.

 

Les mardis de 14h à 17h

5 février – 2 avril – 21 mai

au foyer municipal de Montsoreau

 

En participant, vous contribuez à l’élaboration du nouveau projet de territoire du Parc. Les propositions de votre groupe (enjeux, objectifs, pistes d’actions…) seront soumises aux élus du Parc naturel régional à l’automne 2019. Les éléments retenus seront intégrés à la Charte du Parc, le document cadre de l’action du Parc de 2023 à 2038.

 

Les rencontres thématiques sont animées par des experts de la concertation : « Médiation et environnement  » et « Dialter ». Règles du jeu et calendrier.

2ème temps de travail collectif

Le 04 avril 2019, de 14h à 17h à Montsoreau.

13 participants, 31 personnes inscrites.

 

Associatifs : 4 présents

Habitants : 2 présent

Consulaire, syndicat : 1 présent

Agents de collectivités : 4 présents

Agent de l’État : 1 présent

Élu : 1 présent

 

4 personnes présentes aux réunions 1 et 2.

 

1er temps de travail collectif

Le 5 février 2019, de 14h à 17h à Montsoreau.

14 participants, 27 personnes inscrites

 

Associatifs : 3 présents

Habitants :  2 présents

Élus : 3 présents

Agents de collectivités : 2 présents

Agents de l’État : 1 présent

Chambres consulaires, syndicats :  2 présents

Autres entreprises : 1 présent

Pistes de travail

Autour de ce thème le Parc naturel régional a commencé à identifier des enjeux. La concertation vise à les interroger, à les compléter puis à proposer des objectifs hiérarchisés pour le territoire de 2023 à 2038.

 

  • Maintien et développement d’activités économiques durables.
  • Développement de l’emploi par la qualification et la professionnalisation.
  • Valorisation des filières économiques spécifiques du territoire et diversification d’activités.
  • Articulation des savoir-faire locaux et des dynamiques innovantes.
  • Développement de nouvelles formes d’économie liées au développement durable du territoire ou aux nouveaux modes de consommation et de travail.
  • Renforcement de la capacité des acteurs du territoire à faire émerger de nouvelles formes d’économie durables (structures ESS, économie circulaire…).
  • Adaptation des activités économiques au changement climatique (tourisme, maraichage, nucléaire, forêt, bâtiment …).
  • Lutte contre les désertifications et équité d’accès à des services de qualité (médicaux, administrations, écoles, commerces, offre culturelle, loisirs, …).
  • Capacité des habitants à agir en consomm’acteurs.
  • Réduction de la fracture numérique et accès aux nouvelles technologies.
PAROLES D’HABITANTS

Des habitants imaginent leur territoire en 2038.
Plus d’info sur la méthode.

 

Marjorie, 16 ans saumuroise

Aujourd’hui c’est un grand débat (la vie chère). Dans les autres pays c’est moins cher car les taxes sont moins importantes. Il y a plein de taxes chez nous. Trouver quelque chose à côté qui compense au lieu de hausser les prix. Chercher de l’argent ailleurs.

 

Alain, cinquantaine, chinonais

Économie axée sur la transformation des déchets en produits nobles.

 

Laetitia, quarantaine, montreuillaise

Pas de trop grosses entreprises qui ne pensent qu’à faire du profit. Davantage de petites entreprises familiales plus respectueuses de la vie privée des gens.

 

Jacques, soixantaine, montreuillais

Tous les environs de Montreuil vont perdre de la population, la ville de Montreuil aussi. (Baisse, disparition) des activités génératrices d’emplois.

 

Emilia, trentaine, saumuroise

Échanges de services, pas forcément avec des sous. Plus de proximité, de collectivités entre les gens, comme les SEL. Consommation locale.

 

 

Jacques, soixantaine, montreuillais

Dans 20 ans, si moins de population, moins d’emplois, moins d’acheteurs donc baisse des surfaces (commerciales). On aura plus de choix qu’aujourd’hui mais on devra s’organiser pour faire les courses ailleurs.

 

 

Patrick, soixantaine, chinonais

(En 2038 il n’y aura) pas de grandes surfaces, on se retournera vers des productions dans un rayon de 100 km. Si on fait des économies pour la conservation, on aura moins tendance à aller dans les supermarchés. A moins que les grandes surfaces s’adaptent à un autre modèle écologique : modèle de comptoir avec des produits locaux.