HABITER sur notre territoire

Les habitants, élus, associatifs, institutionnels… de ce groupe de concertation ont contribué à l’élaboration du nouveau projet de territoire du Parc.

 

Leurs propositions  (enjeux, objectifs, pistes d’actions…) seront soumises aux élus du Parc naturel régional à l’automne 2019. Les éléments retenus seront intégrés à la Charte du Parc, le document cadre de l’action du Parc de 2023 à 2038.

 

Les 3 temps de travail, organisés entre janvier et mai 2019,  ont été animés par des experts de la concertation : « Médiation et environnement  » et « Dial’ter ».
Règles du jeu et calendrier.

 

La proposition du groupe

Le 14 mai 2019, de 14hà 17h à Montsoreau.

38 personnes ont contribué à cette proposition, 20 l’ont finalisée.

 

10 habitants

8 associatifs

6 élus

6 agents de collectivité

6 agents de l’État

1 entreprise

1 syndicat

2ème temps de travail collectif

Le 26 mars, de 14h à 17h à Montsoreau.

20 participants

1er temps de travail collectif

Le 29 janvier 2019, de 14h à 17h à Montsoreau.

28 participants

Pistes de travail

Autour de ce thème le Parc a commencé à identifier des enjeux. La concertation vise à les interroger, à les compléter puis à proposer des objectifs hiérarchisés pour le projet de territoire du Parc de 2023 à 2038.

 

  • Gestion partagée de l’évolution des paysages
  • Banalisation et dégradation des paysages liées notamment au mitage.
  • Transformation paysagère liée aux nouveaux équipements et infrastructures.
  • Adaptation de l’habitat et de la ville aux enjeux sociétaux, particulièrement sociaux et environnementaux.
  • Pression urbaine et désertification des territoires ruraux dans un contexte de métropolisation.
  • Adaptation de l’habitat et de la ville aux enjeux sociétaux et environnementaux.
  • Répartition équilibrée de la population (territoires délaissés, accueil de nouveaux habitants…).
  • Qualité du ciel nocturne (pollution lumineuse).
  • Equité d’accès à différents modes de mobilité et lutte contre l’assignation territoriale.
  • Diversification des modes de transport et de déplacement.
  • Rationalisation des déplacements et évolution des usages.
  • Réduction de la fracture numérique et accès aux nouvelles technologies.
  • Anticipation des risques technologiques (ondes et radiations, SEVESO).

Sur ce sujet, des associations présentes à la matinée des associations organisée par le Parc le 14 avril 2018 ont dégagé des pistes de travail (ci-dessous) :

PAROLES D’HABITANTS

Des habitants imaginent leur territoire en 2038.
Plus d’info sur la méthode.

 

Cédric, trentaine, gennois

Si le PLU limite les zones constructibles, il y a de l’espoir (pour conserver la nature).

 

Marion, 10 ans, chinonaise

Il y aura plus de gens, on devra agrandir les villes et donc pour aller au travail, on sera plus loin.

 

Laetitia, trentaine, montreuillaise

J’espère que la gare de Montreuil-Bellay fonctionne(ra) à nouveau. Un train le matin et un train le soir ce n’est pas suffisant.

 

Jacques, soixantaine, saumurois

(En 2038) les centres-villes n’ont plus de véhicules.

 

Alain, cinquantaine, chinonais

La présence de lieux de rencontres, de commerces en 2038 (dans nos villages), ça dépend de nous et de ceux qui vont nous suivre.

 

Bruno, cinquantaine, angevin

Partager (les) expérience(s) d’habitat différent, de lieux où on ne gaspille pas, où quelque chose se partage. Une maison commune avec une salle pour que les gens se rencontrent et où les gens cuisinent ensemble pour les autres.

 

Jacques, cinquantaine, chinonais

Des espaces de rencontre, c’est important qu’ils existent.

 

Manon, 10 ans, chinonaise

On est pas obligé, dès qu’il y a 1mètre carré (disponible) de construire.

 

Olivier, cinquantaine, saumurois

Ça n’évoluera pas forcément. Saumur restera à l’identique avec ses belles bâtisses…