Rencontre du Longuéen – compte rendu en ligne

Le samedi 15 décembre, de 9h30 à 12h à la salle des loisirs de Brain-sur-Allonnes 20 personnes ont  dressé le portrait de leur territoire :

comment ils le vivent en 2018 et comment ils l’envisagent dans 20 ans.

 

Leurs constats, idées contribueront au diagnostic d’évolution du territoire.

 

Pour continuer à participer à l’élaboration du projet du Parc, d’aujourd’hui à 2038,
des rencontres thématiques sont organisées entre janvier et mai 2019. Formulaire d’inscription.

 

 

Mon territoire aujourd’hui

20 personnes ont réalisé le portait du Longuéen aujourd’hui.

 

Un portait en 5 facettes « habiter, se nourrir, travailler, se ressourcer, vivre ensemble » pour partager des constats.

 

Consultez tous les constats des participants
en téléchargeant le compte-rendu via ce lien

 

Et d’ici 20 ans ?

 

Dans un second temps, en petits groupes les participants se sont interrogés : pour bien vivre en 2038 dans le Longuéen, que souhaitez ? Que redoutez ?

 

Quels sont les sujets qui font débat, essentiels à traiter lors des rencontres thématiques ?

 

Groupe « se ressourcer »

Préserver la biodiversité : eau, forêt faune, flore

Énergies – Biodiversité – Chasse – Pollution

 

Groupe « se nourrir, consommer »

Le levier principal pour aborder tous les thèmes abordés ci-dessous c’est l’éducation. Les jeunes d’aujourd’hui sont les citoyens, consommateurs de demain.

Bio-local – Produits de qualité – Productions – Eau Gaspillage alimentaire – Réduire les pesticides – Économie – Éducation – Revendications

 

Groupe « habiter, travailler »

Construire en bio-sourcé, rénover ce qui a déjà été construit, maintenir des espaces de partage dans les lotissements.

Développer des activités productrices d’emplois de qualité.

Soutenir les petits commerces et maintenir une implantation diffuse des entreprises, da l’artisanat dans le secteur rural (à l’inverse de la tendance actuelle).

Re-développer le travail manuel en rapport au territoire : les petits métiers, les métiers de l’agriculture.

La Loire fil conducteur