LA NATURE et l’Homme

Vous êtes un habitant, un élu, un associatif, un institutionnel… ?
Ce thème vous intéresse, vous concerne ?
Rejoignez le groupe « la nature et l’Homme » et participez à 3 temps de travail, entre fin janvier et fin mai 2019 – formulaire d’inscription.

 

Les mercredis de 9h30 à 12h30

30 janvier – 27 mars – 15 mai

au foyer municipal de Montsoreau

 

En participant, vous contribuez à l’élaboration du nouveau projet de territoire du Parc. Les propositions de votre groupe (enjeux, objectifs, pistes d’actions…) seront soumises aux élus du Parc naturel régional à l’automne 2019. Les éléments retenus seront intégrés à la Charte du Parc, le document cadre de l’action du Parc de 2023 à 2038.

 

Les rencontres thématiques sont animées par des experts de la concertation : « Médiation et environnement  » et « Dialter ». Règles du jeu et calendrier.

2ème temps de travail collectif

Le 27 mars 2019, de 9h30 à 12h30 à Montsoreau.

17 participants, 32 personnes inscrites.

 

Associatifs – 7 présents

Habitants : 3 présents

Agents de collectivités : 2 présent

Agents de l’État : 1 présents

Élus : 4 présents

 

10 personnes présentes aux réunions 1 et 2.

1er temps de travail collectif

Le 30 janvier 2019, de 9h30 à 12h30 à Montsoreau.

18 participants, 27 personnes inscrites.

 

Associatifs – 9 présents

Habitants : 3 présents

Agents de collectivités : 1 présent

Agents de l’État : 2 présents

Élus : 3 présents

Pistes de travail

Autour de ce thème le Parc naturel régional a commencé à identifier des enjeux. La concertation vise à les interroger, à les compléter puis à proposer des objectifs hiérarchisés pour le territoire de 2023 à 2038.

 

  • Qualité, diversité et représentativité des espaces naturels, remarquables et ordinaires.
  • Migrations biologiques.
  • Présence des continuités écologiques.
  • Connaissance de la biodiversité du territoire.
  • Diversité des ressources génétiques
  • Affirmation des services rendus par la nature
  • Accès aux milieux naturels et prise en compte des conflits d’usage.
  • Connaissance et reconnaissance des géo-patrimoines (sols et sous-sols et formes).
  • Ressources naturelles
  • Artificialisation, pollution et érosion des sols, reconquête de sols vivants
  • Anticipation des risques naturels (inondations, sismique, coteaux, climatique, incendies…)
  • Vulnérabilités environnementales et préservation de la santé (humaine, animale et végétale).

Sur ce sujet, des associations présentes à la matinée des associations organisée par le Parc le 14 avril 2018 ont dégagé des pistes de travail :

PAROLES D’HABITANTS

Des habitants imaginent leur territoire en 2038.
Plus d’info sur la méthode.

 

Jacques, soixantaine, saumurois

Déjà on entend moins les oiseaux. Aujourd’hui les mésanges… on ne les entend plus. Le silence… Une grosse quantité d’abeilles, d’insectes (a disparu). Mais ça peut revenir.

 

Marguerite, 12 ans, saumuroise

(En 2038) s’il y a (davantage) de jardins, de nature, il y aura eu un déclenchement. Les gens auront compris qu’il y a trop de pollution.

 

Aurélie, trentaine, montreuillaise

J’espère que la nature sera toujours présente en 2038, sinon ça sert à quoi qu’on ait déménagé (de Paris à Montreuil-Bellay) ?

 

Claude, soixantaine, saumurois

Déjà il n’y a plus de merles dans le jardin. Dans 20 ans il n’y aura plus d’oiseaux. Pas seulement à cause du changement climatique, c’est aussi les produits que l’on met dans la nature /…./ Au bord des routes (aujourd’hui) on retrouve les fleurs de mon enfance.

 

Louis-Marie, cinquantaine, angevin

Il y aura davantage de barrages de castors. Il est résistant, si on ne tire pas dessus (il se développera dans la vallée de la Loire).

 

Mathieu, 10 ans, chinonais

On n’entendra plus les oiseaux. On entendra que les routes. On crée tout le temps des routes, ça s’arrêtera quand la terre sera pleine de routes